OPEN U JOURNALS : une nouvelle plateforme éditoriale de revues en libre accès

image in text

L’université de Bordeaux, l’université de Lorraine et INRAE ont démarré ce 31 janvier la phase opérationnelle du projet « Open U Journals 2024 », une plateforme éditoriale de revues scientifiques en libre accès sans frais de publication.

L'Université de Bordeaux, l’université de Lorraine et INRAE ont démarré ce 31 janvier la phase opérationnelle du projet « Open U Journals 2024 », une plateforme éditoriale de revues scientifiques en libre accès sans frais de publication.

Ce projet commun, qui se déploiera jusqu'en 2024, est lauréat du 2e appel à projet proposé par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation en mars 2021, dans le cadre du Fonds national pour la science ouverte. L’objectif de cette collaboration est d’encourager la publication numérique de revues scientifiques en libre accès sans frais de publication (modèle diamant) en développant conjointement une plateforme de publication ouverte destinées à accueillir des revues et des projets éditoriaux portées par les trois partenaires et des partenaires externes.

Le panel de revues accueillies par « Open U Journals » s’élargira ainsi fortement et une offre de services complète, économique et efficace sera proposée pour de nouveaux projets éditoriaux. L’initiative sera ouverte à d’autres partenaires intéressés pour la publication de leurs revues.

Cette ambition s’appuie sur la plateforme de l’université de Bordeaux qui accueille déjà une dizaine de revues et sur l'infrastructure développée en appui à l'édition numérique de revues scientifiques, mais aussi sur l’expérience et la réflexion d’INRAE et de l’université de Lorraine en matière d’édition scientifique et de science ouverte.
Les trois établissements se sont d’ailleurs chacun déjà doté d’une feuille de route, d’un plan stratégique ou d’engagement sur la science ouverte qui intègrent cet enjeu de l’édition scientifique en accès ouvert.

Le soutien du FNSO, d'un montant de 200 000 euros, va permettre d'avancer tant sur le plan technologique que sur le nombre de revues accueillies et de poursuivre l’évolution vers de nouveaux modes d’édition et de services.
Trois chantiers ont été définis par le groupe projet :

  • consolidation de l’infrastructure technologique (chaîne éditoriale structurée, connexion à l’archivage pérenne…),
  • accompagnement à la transition éditoriale vers la science ouverte (accueil de nouvelles revues, enjeux de l’open peer review, des données de recherche…),
  • refonte de la gouvernance et du modèle économique (étude du coût et impact du modèle Diamant…).

Pour mener à bien ces évolutions, en lien étroit avec les utilisateurs actuels, l’équipe projet se compose de professionnels de la documentation et du numérique spécialisés sur les questions d’accompagnement à la recherche et à l’édition scientifique.

Source : Université de Bordeaux, consulté le 14/02/2022