1963-2003 : Les 60 ans de l'ADBS

Présentation du numéro 2024/1

132 pages

Liste des articles

Éditorial - Les adhérents, force vive de l'ADBS
Auteur : Henri Stiller
Résumé :
En 1963, à l’époque de la création de l’ADBS, la forte croissance économique et son exigence de progrès a donné une place essentielle à l’information scientifique et technique. Les métiers de la documentation ont commencé à se démarquer de ceux des bibliothèques. Les grandes entreprises se sont dotées de centres de documentation étendus pour assurer l’accès au contenu des documents, sur lequel devait s’appuyer la prise de décision. Des bases de données documentaires et propriétaires ont été constituées, hébergées sur des systèmes informatiques centralisés.

Le monde était alors complètement différent de celui que nous connaissons maintenant : il n’y avait pas d’ordinateur de bureau ou portable, Internet n’existait que sous la forme d’un réseau reliant entre elles une poignée d’universités américaines, le web, les moteurs de recherche, la téléphonie mobile, tout ceci n’était pas encore inventé.

Dès le début, l’ADBS s’est dotée d’une structure à la fois centralisée et décentralisée. Centralisée par son organisation classique d’une association loi 1901, avec un conseil d’administration, un bureau et une délégation permanente. Décentralisée avec la présence des conseils régions secteurs. Cette particularité allait se montrer essentielle pour la pérennité de l’association.

Dans les soixante ans de son existence comme principale association des professionnels de l’information en France, l’ADBS a vu son écosystème maintes fois bousculé. Il ne s’agissait pas simplement d’évolutions mais de véritables mutations, qui exigeaient une remise en cause des méthodes et des pratiques. Pour ne donner qu’un exemple, le passage des bases de données documentaires propriétaires à l’accès à des bases de données publiques à travers des réseaux de communication devenus performants a ouvert la voie à la pratique systématique de la veille sur une grande échelle.

Malgré ces turbulences qui la secouaient de toutes parts, l’ADBS a fonctionné pendant des décennies plutôt en mode centralisé, forte d’une délégation permanente constituée de nombreux salariés qui permettait à la direction centrale de conduire de nombreuses actions. Elle a ainsi consolidé sa réputation d’association représentative, assurant des formations de qualité, rayonnant par ses publications et ses prises de position. Les actions au niveau régional et dans les secteurs étaient nombreuses, mais tournaient autour des initiatives prises à un niveau central.

Une rupture est néanmoins intervenue en 2017, consécutive du changement de la réglementation concernant les organismes de formation : la délégation permanente a dû être quasiment supprimée. Malgré cette réduction drastique des moyens, la manière de concevoir l’association, que ce soit par ses membres ou par ses instances dirigeantes, est restée principalement centralisée.

Or la structure au niveau du siège n’a plus les ressources pour supporter la charge du fonctionnement de l’association comme elle le faisait auparavant. Une inversion de tendance s’impose, d’autant plus que de nouveaux bouleversements se profilent. La montée en puissance très rapide de l’Intelligence Artificielle va constituer une révolution sociétale, et en particulier dans les métiers de l’information. Elle sera en effet portée principalement par les IA de traitement du langage et des images, qui sont les terrains d’action de ces métiers.

Pour absorber ces nouveaux changements, une forte agilité et une grande faculté d’adaptation seront demandées aussi bien aux professionnels de l’information qu’à l’association qui les représente.

Il sera temps alors d’accentuer le mode décentralisé, à faire appel aux ressources que constituent les adhérents pour faire vivre l’association et continuer d’assurer son développement. Une irrigation du réseau à double sens – top‐down et bottom‐up ‐ des instances dirigeantes vers chacun des membres, mais aussi des membres vers les instances dirigeantes, sera nécessaire pour assurer la souplesse et apporter l’intelligence collective indispensable à l’assimilation du nouveau contexte, qui sera en mouvance permanente.

Ce double mouvement est déjà en cours de mise en place. L’année 2024 a vu s’organiser une journée des adhérents autour du thème « Valoriser les métiers et les compétences ». Cet évènement fut le premier de cette ampleur, dans l’histoire de l’ADBS, à être entièrement pris en charge par les bénévoles. Au dire de tous les participants, ce fut un succès éclatant. De telles initiatives sont appelées à se répéter. Celles‐ci vont irriguer le tissu de compétences incarné par le réseau de l’ADBS et en faire ressortir la vitalité. Et ainsi asseoir le futur de l’association sur ses adhérents, un large socle robuste, dynamique et adaptable. Sa force vive.

Accéder au contenu
La naissance et les débuts de la odcumentation professionnalisée : entre réflexions professionnelles et volontarisme étatique
Auteur : Catherine Baude, Marie-Pascale Krumnov
Résumé :
La création de l’ADBS en 1963 s’inscrit dans une longue histoire, celle de la documentation professionnelle. Cet article retrace sa genèse, depuis l’essor de la science et des revues au XIXe siècle, en passant par l’émergence du concept de documentation, l’essor des centres spécialisés, les publications, la mise en place d’un enseignement dédié, les nouveaux services, les métiers, les grandes figures… Il met en évidence le lien entre le développement, aux marges des bibliothèques, de services dédiés à l‘information spécialisée et la démarche de professionnalisation de la fonction documentaire. Il souligne les enjeux stratégiques que les États (États-Unis en tête, Europe, France en particulier) n’ont pas manqué de relever, dans un contexte où l’informatique s’impose dans le domaine professionnel.

Accéder au contenu
De Documentaliste à i2D, en passant par Documentaliste Sciences de l'information : petite histoire de la revue de l'ADBS
Auteur : Jean-Michel Rauzier
Résumé :
Dès sa création en 1963, l’ADBS a voulu proposer des publications à ses adhérents. La revue Documentaliste naît en 1964, sous forme de numéros spéciaux, pour affirmer l’émergence d’une profession nouvelle et répondre à ses préoccupations. En 1967, baptisée Documentaliste, Revue d’information et de techniques documentaires, elle acquiert le statut de revue trimestrielle, se consacrant à l’analyse des conditions d’exercice des documentalistes et à l’évolution de leurs instruments de travail. En 1976, elle devient Documentaliste - Sciences de l’information, pour s’ouvrir aux  résultats de la recherche en sciences de l’information. En 2008, elle renforce sa dimension professionnelle, en s’organisant autour d’un dossier thématique et en élargissant ses modes de diffusion. En 2015, elle troque son titre hybride pour une dénomination plus adaptée aux nouveaux usages et métiers de l’info-doc, I2D - Information,  données et documents, sans renoncer à sa double ligne rédactionnelle, entre pratiques et recherche.

Accéder au contenu
La revue i2D - Information, Données et Documents, de l'ADBS : Une exploration permanente pour s'adapter aux préoccupations des adhérents
Auteur : Danielle Dufour-Coppolani
Résumé :
Produit phare de l’ADBS, la revue I2D a développé au fil du temps un véritable processus éditorial. Objectifs : répondre au mieux aux préoccupations des adhérents de l’ADBS, capitaliser, apporter de la valeur ajoutée. Adossées aux innovations technologiques et aux mutations de la fonction documentaire, ces pratiques s’inscrivent dans une logique de partage, de communication et de transfert de savoirs ; elles s’appuient sur des savoir-faire et des processus professionnels. Entre production (via des ouvrages et des revues), gestion et transformation de contenus (via le site, les réseaux, les groupes participatifs), et formations (via les stages), l’ADBS explore de vastes territoires éditoriaux. Pour autant, elle ne cesse de se questionner et de s’adapter, dans un modèle de work in process.

Accéder au contenu
Entretien avec Élisabeth Gayon, présidente ADBS 2009-2011 : « J’ai vécu l’informatisation, qui a été la période d’or de l’ADBS »
Auteur : Élisabeth Gayon
Résumé :
Engagée à l’ADBS en 1988, pour aider ses équipes à se développer (chez Elf Aquitaine), Élisabeth GAYON a été présidente de notre association de 2009 à 2012. Elle évoque l’évolution des techniques documentaires et la capacité d’adaptation de l’ADBS, partage des expériences positives, notamment au COEPIA et à l’AFNOR, mais exprime un certain pessimisme quant à l’avenir des métiers de l’information, soulignant les changements et les défis.

Accéder au contenu
Entretiens avec d'anciennes présidentes
Auteur : Élisabeth Gayon, Anne-Marie Libmann, Véronique Mesguich, Nathalie Berriau
Résumé :
 - Entretien avec Élisabeth Gayon, ancienne présidente ADBS (2009-2011) : « J'ai vécu l'informatisation, qui a été la période d'or de l'ADBS »
- Entretien avec Anne-Marie Libmann et Véronique Mesguich, anciennes co-présidentes ADBS (2012-2015) : « Les adhérents et bénévoles ont fait de cette expérience  une aventure humaine inoubliable. »
- Entretien avec Nathalie Berriau, ancienne présidente ADBS (2015-2018)

Accéder au contenu
Le reseau des animateurs à l’ADBS : un rôle precieux et indispensable
Auteur : Suzette Astruc, Charlotte Guépin, Chantal Pasquier
Résumé :
« Accompagner ses adhérents dans leur employabilité », « promouvoir les métiers du management de l’information », « permettre aux professionnels de se maintenir au meilleur niveau » : telles sont les trois principales missions de l’ADBS. Le rôle et le travail des animateurs (adhérents bénévoles) est d’y participer activement à l’échelle locale, via un réseau local et thématique (ou sectoriel). Ce réseau, très vivant, permet à l’ADBS de se tenir au plus près des préoccupations des professionnels de l’information, et leur offre une assistance précieuse.

Accéder au contenu
Métiers, salaires et conditions de travail des professionnels de l’information-documentation - Résultats d’une enquête menée pour l’ADBS par Kynos (6 avril- 31 mai 2023)
Auteur : Sophie Ranjard, Emmanuel Bartholo, Gabriel Bartholo
Résumé :
L’ADBS mène régulièrement des enquêtes sur les métiers et sur les attentes des professionnels de l’info-doc. En avril 2023, elle a lancé une nouvelle enquête, élargie à la gouvernance de l’information, aux conditions de travail et aux besoins en compétences des professionnels de l’ID. Les résultats montrent une montée en compétences et en formation. Près de 9 professionnels sur 10 sont diplômés en info-doc. Cependant le tableau est moins positif du côté de la formation continue : si 2 professionnels sur 3 ont suivi un ou plusieurs stages depuis cinq ans, 1 sur 3 n’en a suivi aucun. Les besoins actuels en formation, centrés sur la veille, l’IA et la gestion de data constituent donc un enjeu majeur pour la profession et les organismes de formation. Il se dégage en outre de cette enquête un message clair pour les professionnels de l’info-doc : ils sont invités à réseauter au sein de l’ADBS, pour gagner en compétences et en estime de soi !

Accéder au contenu
Décrire les métiers de la gestion de l’information : le référentiel des métiers, perspectives et contraintes de l’exercice en 2023
Auteur : Loïc Lebigre
Résumé :
En 2023, l’ADBS a mis à jour son Référentiel des métiers types des professionnels de l’information et de la documentation, dont la première version avait été publiée en 2001.

Accéder au contenu
La formation à l’ADBS : après des années glorieuses, un nouveau contexte, de la crise à la reprise
Auteur : Bertrand Chiodi
Résumé :
La formation a toujours été un des piliers de l’ADBS. L’Association a longtemps été un grand organisme de formation, très réputé, qui proposait un catalogue très étoffé. À cause des difficultés rencontrées en 2017, il fut un temps question de supprimer cette activité. Mais c’aurait été mésestimer la capacité de rebond de notre association. En 2020, la formation a été repensée et l’offre subtilement remodelée : du remaniement du catalogue à la certification Qualiopi, en passant par les formations à distance et l’adoption d’une plateforme de gestion dédiée. Le succès est au rendez-vous et l’ADBS reste un acteur de référence en matière de formation : sans doute parce que l’association a su s’adapter aux évolutions des métiers tout en visant une qualité maximale de formation, tirant sa force de la puissance de son réseau et son agilité de son statut d’organisme à taille humaine.

Accéder au contenu
Quand les enjeux de l’infodoc, des connaissances et des données convergent ! À l’INTD-Cnam, de belles perspectives pour les métiers de l’information
Auteur : Ghislaine Chartron
Résumé :
Le contexte actuel est favorable aux métiers de l’information. Les organisations et les Etats doivent faire face à de nombreux enjeux, exigeant une vision à la fois transversale et de plus en plus spécialisée. Ghislaine CHARTRON, titulaire de la Chaire d’ingénierie documentaire du CNAM, fait le point sur ces nouveaux besoins, et ces nouvelles opportunités, marquées par des convergences internationales, qui s’offrent aux professionnels de l’infodoc.

Accéder au contenu
Un instantané du secteur de la documentation audiovisuelle au début de la troisième décennie du 21e siècle (INTD-Cnam)
Auteur : Claire Scopsi
Résumé :
La licence professionnelle de documentaliste audiovisuel du Cnam a été créée en 2001 . Depuis plus de vingt ans, ses diplômé.e.s traversent les évolutions de la photographie, du cinéma et de la vidéo ; leurs stages, leur insertion professionnelle témoignent des tendances d’une activité qui ne cesse de se reconfigurer. C’est à partir de leurs expériences que cet article dresse un instantané du secteur de la documentation audiovisuelle au début de la troisième décennie du XXIe siècle.

Accéder au contenu
Enjeux professionnels aujourd’hui et demain : les données au cœur de nos métiers
Auteur : Agnès Caron
Résumé :
Transition bibliographique, web sémantique, données d’usage, open data et open science, données et métadonnées de la recherche… Autant d’enjeux auxquels feront face les professionnels de l’information et des bibliothèques dans les prochaines années. Ils devront non seulement être capables de collecter, traiter, analyser, valoriser les données et les réutiliser, mais aussi de mesurer les biais, limites et risques éthiques de la gouvernance par les données.

Accéder au contenu
Les métiers de l’information de demain : cinq défis a relever
Auteur : Bernard Jacquemin, Stéphane Chaudiron
Résumé :
Dans une société que, depuis un demi-siècle, on s’entend à qualifier d’informationnelle, les professionnels de l’information occupent une position clé pour le développement des organisations publiques et privées. Or, en cinquante ans, le contexte a considérablement changé, que ce soit dans la nature de l’information elle-même, dans les méthodes de gestion et d’accès, dans les outils qui mettent en œuvre ces méthodes, ainsi que dans les pratiques et les usages. Face aux mutations de leur écosystème, les compétences des professionnels doivent donc constamment s’ajuster. Bernard Jacquemin et Stéphane Chaudiron identifient cinq défis à relever : la mouvance Open Science, l’ouverture des données, l’IA, le web social, l’engagement éthique.

Accéder au contenu
Entre Bibliosuisse et l’ADBS, un partenariat précieux
Auteur : Amélie Valloton Preisig
Résumé :
Fondée en 2016, Bibliosuisse est l’association suisse des bibliothèques, centres de documentation et des professionnel∙le∙s I+D. Elle mène une politique active de partenariat nationale et international, via un processus stratégique participatif. Avec les associations francophones, et l’ADBS en particulier, dont elle est déjà partenaire, Bibliosuisse souhaite renforcer les collaborations. Les deux associations et leurs membres ont tout à gagner à ces rapprochements.

Accéder au contenu
Regard futuriste sur le passé : réflexions d’une experte sur l’évolution prodigieuse des sciences de l’information au Québec… et ailleurs
Auteur : Élisabeth Lavigueur
Résumé :
La bibliothéconomie, la gestion de l'information, l’archivistique ou les techniques documentaires, la création progressive des associations professionnelles dans ces domaines, et enfin l’amélioration continue de l’enseignement et des formations ont transformé la société, la culture et les citoyens au Québec, pays pionnier à bien des égards dans ces domaines. Là comme ailleurs, la profession a dû faire face et s’adapter à de nombreux tsunamis (dont la Covid). À partir d’expériences-terrain et de projets menés au cours des dernières décennies, Élisabeth LAVIGUEUR, experte chevronnée en sciences de l’information, présente des réflexions originales et formule des messages profonds et parfois piquants. De quoi susciter des inspirations, des échanges propices et des provocations fécondes.

Accéder au contenu
« Information & stratégie » de l’ADBS : une collection de référence qui répond aux enjeux de nos professions
Auteur : Stéphane Cottin
Résumé :
Dès leurs origines, les publications de l’ADBS ont proposé une offre très riche, avec des ouvrages ancrés dans les pratiques professionnelles, mais aussi dans la recherche la plus avancée en sciences de l’information et dans la prospective. La collection de référence « Information & Stratégie », éditée depuis 2013 avec le plus grand soin chez DeBoeck Supérieur, témoigne de l'engagement de notre association en faveur de la profession de documentaliste : elle contribue à valoriser nos métiers, dans leur diversité et leur modernité, et répond aux grands enjeux d’aujourd’hui et de demain, notamment la transformation numérique des entreprises et des organisations. C’est pour honorer cet engagement à favoriser la diffusion d’ouvrages de réflexion et de recherche mais aussi d’ouvrages pratiques, proches de nos métiers, que nous œuvrons, Ghislaine CHARTRON, professeure en sciences de l'information et de la communication au CNAM, et Stéphane COTTIN, chef du service de la documentation et de l'aide à l'instruction du Conseil constitutionnel, président du CA de l’Ecole des bibliothécaires-documentalistes (EBD).

Accéder au contenu
image in text

Acheter ce numéro

Lien sur Cairn.info